2017

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Jeudi 07 décembre 2017

Maison Ventenac |

Olivier Ramé : "2017 : Un beau millésime équilibré en faible quantité".

Olivier et Stéphanie Ramé gèrent depuis 2009 la Maison Ventenac. Ils ont en propre 130 ha en appellation Cabardès et 60 ha en fermage. Le vignoble est cultivé en agriculture raisonnée et devrait dès 2018, passer en conversion bio.

Actu : Leur cuvée “Mas Ventenac” 2010 fait partie des 4 cuvées coup de c½ur du nouveau prix les « Remarquables » de l’AOC Cabardès.

Les vendanges se sont déroulées du 27 août au 10 octobre 2017.

Climatiquement, un millésime très compliqué
Avec l'hiver très doux, le débourrement a eu lieu précocement. En avril, alors que les bourgeons commençaient à sortir, le gel s'est abattu sur le vignoble pendant deux semaines. Il a touché principalement les vignes situées sur les plaines et les bas coteaux. L'impact quantitatif sur la récolte est d’environ 30%.
La chaleur et la sécheresse du printemps et de l’été, n’ont pas épargné le Cabardès, habituellement pluvieux. La pluviométrie de cette année viticole est seulement de 400 mm, comme sur la Clape.
La récolte a démarré avec deux à trois semaines d'avance. Mais dès la fin de la première parcelle, nous avons décidé d'arrêter. Et d’attendre la bonne maturité phénolique qui tardait à venir alors que le taux de sucre grimpait. Nous avons patienté 15 jours avant de reprendre. Ces vendanges précoces ont donc été longues. Nous sommes habitués, car dans notre appellation nous avons de nombreux cépages, atlantiques et méditerranéens. Les dates de récolte entre les chardonnays précoces et les grenaches tardifs, ont toujours été espacées. Mais en 2017, c’est le grand écart. Je travaille sur le domaine depuis 2009. C'est la première année que nous vendangeons sur une période si importante.

Côté volume, la récolte est faible, comme dans beaucoup de régions. Sur une moyenne des dix dernières années, les rendements sont en baisse de 30 voire 40 % sur certaines parcelles. Notamment à cause du gel, mais aussi de la sécheresse. Car certains cépages, comme les merlots, avaient cette année de petites baies et peu de jus.

Trouver des solutions
Je ne pensais pas devoir un jour aborder en Cabardès, le problème de la sécheresse. Ni même de gel. Ces aléas climatiques risquent de devenir récurrents. Des solutions existent comme les bougies contre le gel ou l'hélicoptère pour l'eau. Elles sont assez onéreuses pour une efficacité relative. Ces coûts peuvent être amortis sur nos cuvées haut de gamme, mais nous ne pouvons dupliquer ces méthodes de lutte sur l’ensemble de notre production. L' autre solution serait de planter d'autres cépages, moins gélifs et plus tardifs. Or, nous en avons déjà 10 différents. Aujourd'hui, nous sommes tous un peu démunis face à ces changements climatiques. Mais, ils font partie intégrante de notre travail. Il faut les appréhender tant au niveau cultural qu’économique. Je ne me refuse aucune solution. Tout est envisageable.

Les vins que nous aimons
Même si les vinifications ont été également compliquées, nous avons aujourd'hui en cave des vins que l’on aime. Ils sont tendus, droits avec beaucoup de fraîcheurs. Grâce à la récolte extrêmement saine, les vinifications se sont faites sans soufre. Et principalement en levures indigènes, mais avec une bio protection pour en limiter les risques et en garantir la précision. Les rosés ont cette jolie couleur pâle. Nous les travaillons différemment depuis quelques années. Non pas par effet de mode, mais par goût personnel. Et cette année, ils ont la couleur et la fraîcheur recherchées. Les blancs sont sur la minéralité avec une belle expression aromatique. Comme les colombards qui sont sur les thiols. Les rouges ont un bel éclat et de la fraîcheur. Avec du punch et un côté gourmand, sans lourdeur.

Grâce à ce beau millésime, nous allons pouvoir poursuivre notre bonne dynamique commerciale, initiée en 2012. Malgré la faible récolte, la hausse tarifaire sera extrêmement limitée afin de conforter nos relations avec nos partenaires.

Olivier Ramé, Maison Ventenac
(AOC Cabardès)