2017

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Jeudi 14 décembre 2017

domaine la Graine Sauvage |

Sybil Baldassarre : “Un millésime miraculé avec des jus qualitatifs en faible quantité”.

Sybil Baldassarre du domaine la Graine Sauvage, produit sur 3 ha de vignes, exclusivement des vins blancs en AOC Faugères et Vin de France, cultivés en bio (sans label).

Actu : La Graine Sauvage lance avec le Mas Angel "The Velvet Underschiste", un coffret en duo, avec un 100% grenache blanc pour Sybil et un 100% grenache noir pour Alexandre Durand, millésime 2016 en Vin de France.

Les vendanges se sont déroulées du 4 au 11 septembre 2017.

Sur Faugères, 2017 s'annonçait très prometteur
L'hiver a été doux, comme en 2015, l'année où je me suis installée. Mais, arrosé. La vigne a débourré précocement. Précisons que je taille volontairement toujours très tard, pour retarder au maximum le débourrement. Le printemps a été très beau avec des pluies qui sont tombées en quantité et aux bons moments. Grâce à ce climat, la vigne a eu une belle floraison. Et je n'ai presque pas eu besoin de traiter. D’ailleurs, j'ai arrêté dès début juin. Tout s'est très bien déroulée jusqu'à la fin juillet. La vigne était saine, avec de belles grappes. Mais à partir d'août, la sécheresse s'est installée jusqu'en octobre. La petite pluie tant attendue n'est jamais arrivée. Alors, avant que la vigne rentre en stress hydrique, je me suis décidée à démarrer ces vendanges dès le 4 septembre. Elles ont été à la fois précoces et très courtes. Nous avons mis qu'une semaine pour ramasser cette petite récolte.

Émotivement, ce millésime a été fatigant. Car même si l'appellation Faugères a eu l'immense chance d'être épargnée par le gel d’avril, j'ai été très touchée par mes amis vignerons en France et en Europe qui ont subi de gros dégâts. Pour ma part, j'ai pris ce que la nature m’a offert. A savoir, 1/3 de récolte en moins. Les rendements moyens sont de 15 hl/ha.  Les baies, aux gros pépins et à la pulpe dense, ont donné peu de jus sauf sur le grenache qui tournent autour de 20 hl/ha. Alors qu'ils sont de 5 hl/ha pour le vermentino et de 10 hl/ha pour la roussanne et la marsanne.

En cave, la quantité est faible, mais la qualité est là
Les rouges du Mas Angel sont souples avec une belle concentration et de la fraîcheur grâce aux schistes et à l'altitude. C'est d'ailleurs pour cet incroyable terroir que définitivement, je pense que Faugères est fait pour produire de grands vins blancs. Sur ce millésime, les blancs sont également très concentrés. Ce millésime est entre 2015, avec sa structure, sa chaleur et sa concentration. Et 2016, avec sa fraîcheur et son acidité qui leur donnent un bon équilibre. Notamment sur le grenache. Ce cépage est un des plus grands atouts de Faugères. Il est fait pour ces terres arides - quand il n’y a pas de coulures.
2017 sera un vin blanc de repas. Il faut maintenant attendre l’élevage.

Les vieux cépages résistants
Je vais pouvoir observer la résistance des vieux cépages à la sécheresse. Dès 2019, je replante sur 1/2 ha du terret, de la clairette, du macabeu et des vieux fruitiers. Et greffer de vieilles vignes du Mas Angel sur lesquelles on trouve de l'aramon gris, de l'½illade... Je rêve de créer ce conservatoire depuis 15 ans. Car j’ai travaillé en Italie à l'université de Turin, avec la grande spécialiste de l'ampélographie, Anna Schneider. Aujourd'hui, les vieux cépages résistants sont à la mode. A l'époque personne ne s'y intéressait. Il faut les sauvegarder et les redévelopper. Voire même les insérer dans le cahier des charges de notre AOC. Dans ces années extrêmes, ils peuvent faire la différence. Contrairement à la roussanne, la marsanne et le viognier, présents dans l'appellation, mais qui ne sont pas faits pour les climats arides.

Soutenir les vignerons touchés
En 2017, il va falloir tout calculer. J’aurai peu de bouteilles. Grâce au 2016, je peux tenir encore un an. Mais si le dérèglement climatique (gel, grêle et sécheresse) perdure l’année prochaine, la situation va être compliquée. J’ai beaucoup d’amis qui risquent de mettre la clef sous la porte, notamment à cause du gel, de la grêle et des répercussions sur 2018. Partout, en France, à Bergerac, Bordeaux, en Toscane et ailleurs. J’invite tous les consommateurs à être plus que jamais, éco-responsables. Les vignerons touchés, vont devoir augmenter leurs prix pour survivre. Soutenez-les en choisissant leurs vins. Il en va de la sauvegarde de notre patrimoine viticole européen.

Sybil Baldassarre, vigneronne du domaine la Graine Sauvage
(AOC Faugères)