2017

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Vendredi 24 novembre 2017

Château Aiguilloux |

Marthe Lemarié : "Malgré les aléas, 2017 est dans la lignée des beaux millésimes".

Le Château Aiguilloux compte 30 ha qui sont appellations Corbières-Boutenac, Corbières et 2 ha sont en IGP Pays d’Oc. Les vignes sont travaillées en culture raisonnée.

Actu : le domaine lance “Confidence”, une cuvée élevée en fût et mise en bouteilles directement, sans filtration. Ce millésime 2015 est en AOC Corbières-Boutenac.

Les vendanges se sont déroulées du 7 septembre au 23 septembre 2017.

Les aléas de 2017 : sécheresse, gel, sangliers et chevreuils
Le cycle a bien débuté, car l'hiver 2017 a été relativement pluvieux par rapport aux années précédentes. Mais à partir d'avril, la sécheresse a repris sa place, entrecoupée par quelques averses qui ont apporté de l'humidité à la terre et aux plantes. Les températures sont devenues rapidement très élevées, avec dès le mois de mai, des pics à 38°C qui ont accentué la sécheresse. Ces fortes chaleurs se sont poursuivies jusqu'aux vendanges.

Le choix des dates de récolte a été difficile à gérer. Les raisins semblaient mûrs, avec une grande concentration des sucres, mais sans avoir une maturation homogène. Les vendanges ont débuté avec une semaine d'avance par les syrahs. Tout est allé très vite. Elles se sont déroulées sur environ une quinzaine de jours sans aléas.

La récolte a été précoce, car comme tout était très sec, les sangliers sont venus se régaler dans nos vignes. Il a fallu faire la course pour récolter les grappes. Sur certaines parcelles, ils ont fait 30 voire 40% de dégâts. Comme nous ramassons tout à la main, nous avons pu faire du tri et garder les grappes les plus hautes qui n’ont pas été touchées par les sangliers. Ce fléau est lié sans conteste à la sécheresse. Nous ne pouvons pas clôturer nos vignes d’un seul tenant , plantées sur des coteaux ,dans un cirque entouré de petits-bois et de bosquets que surplombe  une barrière rocheuse. Les 125 ha du domaine avec ses pins, ses chênes et sa très grande variété de la flore et des garrigues, sont un refuge parfait pour les sangliers. Cette belle diversité biologique est naturellement très saine. Les sangliers ne se trompent pas. Notons qu’il y a toujours eu des sangliers qui ,jusqu’à présent, ne portaient pas préjudice. Or, leur nombre augmente considérablement, car depuis quelques années, ils ont plusieurs portées.

L’autre fléau auquel nous avons été confrontés cette année est le chevreuil. Ces cervidés viennent déguster une jeune vigne en Corbières-Boutenac qui n'est pas encore en production. En dévorant les jeunes pousses, ils créent déjà un handicap pour l'année prochaine. On ne sait pas encore quoi faire. Nous avons prévenu les chasseurs. Mais ils ne sont pas assez nombreux pour couvrir toute la surface des Corbières.

Depuis 36 ans que nous exploitons le domaine, le gel a toujours été exceptionnel et n’a jamais causé de gros dégâts. Contrairement à cette année. Nous avons eu plus de 2 ha gelés sur une parcelle de 3 ha de vieux carignans de 70 ans. Et par ci par là,sur d'autres parcelles, quelques pieds ont subi le même sort.

Des volumes en baisse
Avec cette sécheresse, les raisins sont restés petits. Les volumes sont, comme en 2016, en baisse de 30% par rapport aux années normales. Nous ne savons pas encore précisément, car les vinifications  sont toujours en cours. Nos rendements à l’hectare sont de l’ordre de 30 hl/ha cette année.

Des jus prometteurs
En cave, les vinifications ne sont pas complètement terminées. Certaines cuves ont été soutirées, d'autres sont encore en fermentation, comme celles des grenaches.

Mais sur les premières dégustations, le résultat est prometteur. Les jus ont une belle concentration, du fruité, de la matière et une bonne longueur en bouche. Nous n'en sommes pas encore aux assemblages, mais nous pensons avoir une bonne matière de travail. Encore mieux que 2016 qui était un bon millésime. Soulignons que comme nous faisons de très longs élevages soit en cuve , soit en fûts, les vins ont le temps de faire leur vie avant les assemblages définitifs. La cuvée 2017 sera sur le marché quand elle sera prête ! Ce millésime est dans la lignée des belles cuvées des année précédentes où nous n’avions pas de problème de sécheresse. Sans hésiter, il ne trahira pas notre signature habituelle. À savoir, des vins fruités, sur la fraîcheur et la longueur. Des caractéristiques que l’on retrouve sur tous nos vins en bouteille depuis 20 ans.

L’avenir
Nous préparons l’avenir, car nous passons la main à notre fils qui depuis trois ans participe à la culture et à la vinification. Nous serons toujours là, mais à partir de 2018, il signera les cuvées qui seront sans doute dans la continuité, mais en fonction du climat qui évolue et ses conséquences.

Marthe Lemarié, vigneronne du Château Aiguilloux
(Appellations Corbières-Boutenac, Corbières et IGP Pays d’Oc)