2017

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Mardi 21 novembre 2017

Domaine Monplézy |

Benoit Gil - Sutra de Germa : "2017 : un millésime très prometteur, notamment sur les hauts de gamme."

Le domaine Monplézy cultive en agriculture biologique, 22 ha dont 16 en AOC Languedoc Pézenas. Le reste est en IGP Côtes de Thongue.

Actu : Le domaine lance "Gabrielle", millésime 2015. Une cuvée premium, 100% grenache, issue de leurs vieilles vignes.

Les vendanges se sont déroulées du 15 août au 15 septembre 2017.


Biodiversité et vieilles vignes en AOC : un duo gagnant
Le cycle a débuté avec un vrai hiver. Comme nous taillons tard en janvier, nous pouvons attendre les cycles descendants de la lune et le froid. Les conditions ont été remplies pour que la vigne fasse ses réserves. Les précipitations sur ce début d’année ont été faibles mais plutôt abondantes ce printemps. Nous étions alors assez optimistes. En revanche, l'épisode de gelée blanche du mois d’avril a touché certaines parcelles de vieux carignans. Certainement à cause des labours qui ont fait remonter le froid sur les vignes. Nous avons été touchés entre 5 à 10 % sur deux vignes situées l'une contre un champ de blé et l'autre à côté d'un ruisseau.

En mai, la vigne a eu de jolies sorties sauf sur le merlot et le sauvignon blanc. Le grenache a eu, malgré une floraison clémente, de grosses coulures. Le point positif : les grappes aérées ont pu mûrir parfaitement sans risque de botrytis et de pourriture. Pour contrer ce phénomène, nous allons essayer l'année prochaine, un produit à base d'oligoéléments et d'algues. L’objectif est de renforcer la fleur pour qu'elle arrive à son terme. Par ailleurs, depuis deux ans, nous pratiquons la confusion sexuelle. Le problème du vers de la grappe a été éradiqué, certainement grâce aussi à la sécheresse et à la biodiversité présente sur notre zone en natura 2000. Nous avons des subventions du département de l'Hérault pour replanter des haies et mettre en place des « cabanes » afin d’abriter des chauves-souris qui mangent les papillons des vers de la grappe.

Entre juin et septembre, les pluies ont été insignifiantes. La sécheresse s'est installée. La canicule aussi. L'état sanitaire est resté parfait. C'est définitivement l'avantage des années sèches. Tout grille. Les maladies et également, les feuilles et les raisins. Mais nos vieilles vignes ont bien tenu. Certainement grâce à leurs racines profondes. Et à l'enherbement que nous pratiquons depuis deux ans sur nos vignes en AOC . On sème sur un rang sur deux du trèfle, de l'avoine et de la vesce que nous laissons monter. Puis nous écrasons ce semis qui se transforme en vrai tapis rempli de biodiversité et de fraîcheur.

En revanche, les vignes en IGP sur des terrasses sablo-limoneuses, ont plus souffert. Notamment, nos cépages bordelais (merlot, petit verdot, cabernet, marselan) ont eu des taux élevés d'alcool (entre 15 et 16°C) sans pour autant être mûrs. Contrairement à nos cépages de grenache, cinsault, carignan et les syrahs.

Des vendanges à la carte
Les vendanges ont été très précoces. Nous avons démarré le 15 août alors que normalement, nous attaquons tard par rapport à nos voisins, autour du 5 septembre. Ces vendanges ont été à la carte. Comme, il n'y a pas eu une seule goutte d’eau, nous avons pu récolter quand on le souhaitait. Sur les parcelles en IGP, on a fait un choix économique. Les raisins se desséchant, nous les avons ramassés avant leur optimum. En revanche, sur toutes les parcelles en AOC, on a pu pousser les maturités.

Une récolte en baisse
En termes de volumes, nous avons fait plus 10% par rapport à l'année dernière. On ne se plaint pas, d'autant plus que certains voisins ont perdu 90% de leur vendange. Or, l’année dernière, nous avions perdu 40%. Au final, la baisse est donc de 30% par rapport à une récolte normale, soit avec des rendements qui au lieu d'être à 38 hl/ha, sont d'environ 25 hl/ha en 2017.

Une cave prometteuse
En cave, les vinifications se sont très bien passées. Comme les pluies ont été absentes, les particules blanches de la peau des raisins, les pruines, qui contiennent les levures indigènes étaient présentes. Les fermentations ont ainsi démarré rapidement et elles se sont bien finies.
Les jus en blanc, rosé et rouge ont une belle consistance. Les blancs sont amples et opulents. Les rosés ont de beaux équilibres et des degrés raisonnables autour de 12,5% vol. avec pas mal de sucrosité. En rouge, les carignans ont de belles notes réglisse et de poivre noir avec des bouches amples. Les syrahs sont denses. Le grenache a une bouche explosive de kirsch et des tanins poudrés. Les jus sont vraiment bons. Nous n’avons pas la quantité, mais nous avons de belles qualités. Définitivement, ce millésime est très prometteur, notamment sur les hauts de gamme.

Benoit Gil - Sutra de Germa, vigneron du domaine Monplézy
€‹(AOC Languedoc Pézenas et IGP Côtes de Thongue)