LE LANGUEDOC OFFICIEL

<< Retour
Mercredi 05 novembre 2014

Vendanges 2014 en Languedoc : de la fraîcheur et de l’élégance

Encore à contre-courant ! Alors que la production augmente en France après deux années de petites récoltes, elle retrouve la normale dans le vignoble languedocien. Une situation qui n’est pas liée aux épisodes cévenols de l’automne, car le raisin a été rentré avant, mais au déficit pluviométrique des six premiers mois de l’année et aux orages de grêle du début de l’été. Le millésime 2014 s’annonce cependant très qualitatif avec des vins frais et élégants, en phase avec la demande actuelle des consommateurs.

Une année précoce
2014, c’est six premiers mois ensoleillés mais secs, puis un été frais, sans que les pluies de juillet et août ne compensent le déficit hydrique de l’hiver et du printemps. Mais c’est aussi, fin août et début septembre, des conditions météorologiques idéales, avec du soleil, du vent et des nuits pas trop chaudes, qui ont permis une maturité à la fois parfaite et précoce, et ce pour l’ensemble de la gamme des cépages.

Volumes : retour à la normale
Conséquence du manque d’eau mais aussi des orages de grêle qui, début juillet, ont durement frappé l’Aude : en Languedoc-Roussillon, la récolte 2014 ne devrait pas dépasser la barre des 12 millions d’hectolitres contre 13,58 millions en 2013, soit une baisse de 11 %. Ces chiffres sont néanmoins à relativiser car 2013 constituait une année exceptionnelle. 2014 s’inscrit d’ailleurs dans la moyenne de 2010 (11,97 millions) ou de 2012 (11,95 millions).

Un millésime qualitatif
Point très positif : dans l’ensemble des terroirs que compte le vignoble languedocien, le nouveau millésime s’annonce extrêmement qualitatif. Sur l’année, la somme des températures a été optimale avec ni trop ni pas assez de soleil. Et le contraste, pendant la maturation,
entre les journées chaudes et les nuits fraîches a favorisé le développement des arômes et des anthocyanes. Le résultat, confirmé par les premiers moûts, ce sont des vins qui séduiront pour leur élégance et leur fraîcheur. La précocité du millésime a permis de rentrer la plus grande partie de la récolte avant les épisodes cévenols qui ont marqué notre région début octobre.

Pour lire la suite, cliquer ici