ACTUALITÉS DU SUD DE LA FRANCE

<< Retour
Mercredi 11 juillet 2018

CIVL : une femme et un bureau rajeuni aux commandes de l'interprofession

Changement de têtes au CIVL. Elue ce vendredi 6 juillet à la présidence du CIVL, Miren de Loregril, présidente des Vignobles Lorgeril, s’est entourée d’un bureau très largement renouvelé. Détail de sa feuille de route pour trois ans

Miren de Lorgeril, présidente des Vignobles Lorgeril, a été élue le 6 juillet à la présidence du CIVL. Candidate désignée par les metteurs en marché, selon la règle de l’alternance production-négoce, elle succède à Xavier de Volontat, qui représentait la production. La section IGP de l’interprofession change également de président. Denis Verdier succède à René Moreno.

Un bureau rajeuni et féminisé

La nouvelle présidente a proposé un bureau resserré (15 membres contre 20 précédemment) très largement renouvelé  -10 sont nouveaux sur les 15 -, rajeuni et féminisé : quatre femmes intègrent cette instance qui n’en comptait aucune dans sa précédente mouture. « C’est une impulsion que j’ai voulu donner. Il faut renouveler nos institutions et y faire entrer la nouvelle génération. Dans nos territoires, nous avons beaucoup de jeunes qui sont plein d’idées. Il faut qu’ils s’approprient nos instances et nous apportent des énergies nouvelles », argumente la nouvelle présidente. Les acteurs historiques de l’interprofession continueront à apporter leur expertise. « J’ai créé un comité des sages avec tous les membres qui ont piloté la feuille de route que nous avons définie. Nous avons besoin d’eux pour la mise en œuvre de ce programme. Nous nous réunirons tous les semestres pour faire le point sur l’avancée de nos projets ».

Ses trois priorités

La feuille de route de la nouvelle équipe se focalise sur trois grands axes de travail :
Avancer dans la segmentation de l’offre AOP régionale et la rendre lisible. « Nous avons fait un énorme travail d’identification de nos terroirs. Il faut maintenant s’appuyer sur cette connaissance pour faire comprendre la diversité des nos appellations et expliquer la hiérarchisation qui distingue nos crus, nos appellations sous-régionales et l’appellation Languedoc, socle de  cette pyramide. Grâce au travail déjà réalisé, la valorisation de nos AOP a progressé de plus de 50% en 10 ans. Cette hausse témoigne d’une vraie reconnaissance et d’une acceptation des consommateurs. Il faut poursuivre dans cette voie sans qu’il y ait d’inflation. Pour que les producteurs vivre correctement, il leur faudrait une rémunération de 150 €/hl en moyenne pour leur AOP. Nous n’en sommes pas loin ». La responsabilité environnementale. « Nous allons accompagner les producteurs et metteurs en marché dans leur démarche environnementale, que ce soit le bio, HVE, RSE ou tout autre certification environnementale.  Ce travail se fera via la commission technique du CIVL qui pilote la recherche et l’innovation en lien avec les structures de recherche, comme par exemple l’expérimentation engagée avec les cépages résistants. Accompagner la progression de l’AOC Languedoc rosé. « Le rosé de l’AOC Languedoc connaît un vrai succès. Il répond parfaitement à la demande du marché pour des rosés élégants et trendy. C’est une tendance lourde : aujourd’hui on vend des rosés partout dans le monde, et en France même quand il pleut. Nous allons accroître le budget communication sur ces produits pour accompagner ce développement ».

Travailler en synergie avec les autres interprofessions régionales

Miren de Lorgeril prend les commandes avec un vrai désir d’efficacité, qui passe par une synergie avec les autres interprofessions régionales. « Il y a un historique compliqué, mais le négoce a toujours prôné un rapprochement des structures interprofessionnelles. Sans forcément en arriver là, je ferai tout pour qu’on travaille en synergie, notamment quand on aborde les marchés lointains où se présenter sous une même bannière a plus d’efficacité. Quand on est loin de nos bases, plus on se réunit, plus l’offre est lisible. Intersud, qui est en sommeil depuis quelques années, pourrait nous aider à travailler plus en convergence ».

Le Languedoc : un vrai eldorado

Confiante dans l’énorme potentiel des vins du Languedoc, la nouvelle présidente estime que la filière dispose d’incroyables atouts pour continuer sa progression. « Nous avons construit les fondations, maintenant on va monter aux étages. Nous avons devant nous de belles perspectives, car désormais, au sein de l’interprofession, malgré des historiques, des tailles d’entreprise, des cultures très différents, voire même des rivalités, tout le monde parle le même langage. C’est ce qui m’a le plus surpris quand j’ai commencé à m’investir dans cette instance. Il y a une convergence de vue sur le chemin qu’on doit prendre. C’est donc un très beau défi à relever et je vais m’appliquer à le faire».

 

Le Nouveau bureau

Françoise Antech (Maison Antech), Karine Hamelin (Gérard Bertrand), Pierre Bories (Château des Ollieux Romanis), Jean-Claude Mas (Vignobes Paul Mas), Frédéric Jeanjean (Maison Jeanjean), Vincent Euzet (Les Grands Chais de France), Francoise Ollier (Domaine Ollier Taillefer), Alexandre Thay (Château du Vieux Moulin), Jean-Benoit Cavalier ( Château Lascaux), Alban Izard (Domaine Lérys) Jean-Michel Sagnier (coopérative de Saint Bauzille de la Sylve), Christophe Bousquet (Château Pech Redon), Ludovic Roux (coopérative de Talairan), Frédéric Sumien (cave coopérative de l’Ormarine)

 

[ Source Vitisphere ]