2016

ILS RACONTENT LEUR MILLÉSIME

<< Retour
>> Contactez cette personne
Mercredi 12 octobre 2016

Chapelle de Novilis | Retrouvez son témoignage 2017 2014 

Nathalie Jeannot : "2016, l'année de tous les dangers... climatiques"

Le millésime 2016 en Languedoc s'est présenté dès le printemps comme un millésime compliqué. Fin mars, la sécheresse était là. Et la végétation avait 4 semaines d'avance en raison d'un hiver doux. Ceux d'entre nous qui n'avaient pas installé le goutte à goutte pour commencer à distiller l'eau en toute maîtrise, savaient que la vigne était mal partie. Ceux d'entre nous, dont CHAPELLE de NOVILIS fait partie, qui avaient investis pour faire venir l'eau du Bas Rhône ou d'ailleurs, étaient face à une question : faut-il commencer à donner un peu d'eau aux vignes au risque de voir celles-ci en profiter immédiatement et brûler dans la foulée sous les premières gelées? ou faut-il attendre encore. A CHAPELLE de NOVILIS, nous avons fait le choix d'attendre.

La vigne a fini par sortir tant bien que mal le bout d'un tout petit nez : faible rameaux, peu de feuilles. Ce furent alors les pluies de mai, insuffisantes pour irriguer convenablement le sol, mais en quantité idéale et régulière pour permettre au mildiou de générer une belle pression. Il a fallu être précis dans son contrôle. Le ciel gris et les températures basses pendant tout le mois firent non seulement perdre les 4 semaines d'avance, mais la végétation finit même par avoir 2 semaines de retard.

Nous avons ensuite échappé aux gelées quand de nombreux vignobles brûlaient. Nous avons échappé aux grêles, quand de nombreux collègues voyaient leur vignes saccagées en quelques minutes.

La sécheresse a continué à s'installer. Le goutte a goutte fut indispensable pour permettre de capter dans le sol le potassium dont le raisin a besoin pour mûrir. Fin août, au vu des retards sur la maturité, nous avons cette fois craint que la pluie commence à arriver et que nos cépages les plus fragiles pourrissent.

Dame NATURE aurait-elle entendu nos craintes? Le mois de septembre fut magnifique, l'eau du goutte à goutte fit le reste : notre millésime 2016 est au final, en cuve, un de nos plus beaux millésime.

Mais la question se pose maintenant définitivement : quel est l'avenir de la vigne dans nos vignobles du sud sans l'irrigation?

 

Nathalie Jeannot
Chapelle de Novilis
IGP Coteaux d'Enserune