Jeudi 02 mars 2017

Le Languedoc accélère la prémiumisation de ses AOC et IGP

2016, un nouveau grand millésime…

Dans tout le vignoble languedocien, on s’attend à un millésime très qualitatif, dans la continuité des précédents. Les vins, quelle que soit la couleur, offriront du fruit, de la fraîcheur et de belles gammes aromatiques. Les rouges, très fins, seront dans la rondeur, avec une jolie souplesse des tanins. « Le millésime 2016 correspond parfaitement à la demande actuelle, qui exige justement de l’équilibre et de la fraîcheur » se réjouit ainsi Jérôme Villaret, directeur du CIVL. Ce résultat doit beaucoup aux belles journées et aux nuits fraîches de la fin de saison, qui ont permis aux vendanges de se dérouler dans des conditions idéales avec un état sanitaire du raisin excellent, ainsi qu’au travail des vignerons qui ont su répondre à des contraintes climatiques particulièrement fortes en 2016.

…malgré les contraintes météorologiques

Si l’hiver a été très doux, suscitant un démarrage précoce du cycle végétatif, la fraîcheur printanière, avec des températures sous les moyennes, a vite freiné le développement de la vigne. Toutefois, l’élément climatique le plus déterminant de l’année aura été la contrainte hydrique, avec une somme des précipitations très faible. « Il faut remonter à 1943 et 1944 pour trouver une sécheresse équivalente » indique l’oenologue Marc Dubernet, qui souligne cependant la belle réaction de la vigne. « Dans l’ensemble, elle a répondu positivement, alors qu’on observe des dégâts dans les garrigues et les oliveraies. Vraiment, on peut être très admiratifs de la capacité de résistance de la plante mais aussi du savoir-faire des vignerons. »

Néanmoins, le manque d’eau a entraîné l’une des plus petites récoltes de l’histoire du Languedoc, avec des volumes généralement inférieurs à la normale, et très nettement sur les secteurs littoraux, les plus durement touchés par la sécheresse, ou ceux, au nord ou à l’est de Montpellier, concernés par la grêle d’août. En revanche, dans les parties les moins impactées par la sécheresse, l’ouest du vignoble par exemple, on observe des volumes localement en hausse.

L’ assemblée générale du Conseil interprofessionnel des AOC du Languedoc et des IGP Sud de France (CIVL) s’est tenue en juillet dernier à Narbonne. L’occasion pour l’interprofession de présenter son bilan d’activités 2015 et de réaffirmer ses axes prioritaires pour l’avenir.

AOC : accélération de la prémiumisation

« Outils de gestion de l’équilibre de l’offre, revalorisation des prix, travail qualitatif des vignerons… Les efforts accomplis depuis six ans ont porté leurs fruits. Depuis trois ans, notre chiffre d’affaires annuel a progressé de 165 M€ » annonce Xavier de Volontat, président du CIVL.

Mais la conjoncture économique internationale s’annonce complexe d’où la nécessité de conforter les marchés et d’assurer de nouveaux débouchés. « En France et sur les marchés internationaux à fort potentiel comme l’Europe du Nord, l’Amérique du Nord et l’Asie, nous allons poursuivre notre politique de positionnement sur les segments à haute valeur ajoutée afin d’organiser la prémiumisation. Basée sur la reconnaissance de nos vins haut de gamme, cette stratégie va servir de locomotive pour tirer l’ensemble du Languedoc vers le haut » explique le président du CIVL.

IGP : poursuite de la dynamique

Les IGP Sud de France connaissent une belle croissance, avec un chiffre d’affaires annuel qui a gagné 29 M€ en trois ans. « Le segment des IGP de territoire sort son épingle du jeu avec un positionnement attractif qui séduit les metteurs en marché, les distributeurs et les consommateurs » souligne René Moreno, président de la section IGP du CIVL.

« Mais les IGP de département connaissent un fléchissement. Nous allons donc relancer la dynamique des IGP de département en restructurant notre offre régionale d’entrée de gamme autour de la dénomination IGP Terres du Midi. L’idée est de devenir un véritable relais de croissance sur le segment des rosés et des rouges d’assemblage à identité géographique. »

Communication : augmenter la visibilité du Languedoc Dans son édition de novembre 2015, le Wine Spectator titrait : « Le Languedoc gagne le respect ».

La presse internationale classe désormais le Languedoc parmi les meilleurs vignobles du monde. En 2015, les retombées presse France et export ont progressé de 24 % avec 8 711 articles parus dans 16 pays. Pour Xavier de Volontat, « il faut y voir, une reconnaissance du travail accompli collectivement par la filière. Mais nous devons poursuivre la communication auprès des médias et des professionnels du vin pour accroître notre visibilité dans un monde de plus en plus concurrentiel ».


[ Source RVI # Crédit photo CIVL # Mars 2017 ]