Mercredi 25 janvier 2017

Union sacrée de douze parlementaires autour des cépages résistants

Sénateur de l’Hérault, Henri Cabanel, crée « Cépages : résistons ensemble », un groupe de douze parlementaires du Languedoc-Roussillon, pour faire avancer le dossier des cépages résistants.

Depuis plus d’un an, Henri Cabanel, sénateur socialiste de l’Héraut et viticulteur, s’est fait le chantre des cépages résistants. En juin dernier, il lançait un appel aux parlementaires de tous bords du Languedoc-Roussillon, pour les rallier à cette cause. « Certains se sont mobilisés dans le cadre de leur mandat pour défendre ce dossier. Ces actions individuelles se superposent souvent et sont moins efficientes. En groupe, on a plus d’écho », argüe-t-il. Onze élus (*) ont répondu favorablement à l’invitation et accepté de se rassembler au sein du groupe « Cépages : résistons ensemble » avec pour seul objectif : faire avancer le dossier. Le groupe a déjà organisé plusieurs actions : visite du domaine de recherche de l’Inra Pech Rouge à Gruissan et rencontre avec les scientifiques, rendez-vous avec Philippe Mauguin, nouveau P.-D.G. de l’Inra, dégustation de vins issus de cépages résistants avec les représentants de la filière à Paris. « Devant la complexité administrative de ce dossier, il faut se faire entendre et relayer l’impatience des professionnels », martèle le sénateur, qui pointe les récentes avancées du dossier. « Une soixantaine de viticulteurs, dont je fais partie d’ailleurs, vont pouvoir planter, à titre expérimental, les variétés Bouquet dont l’Inra a accepté la diffusion dans ce cadre restreint. Les premières plantations vont avoir lieu en 2018, le temps de produire les plants. La totalité des 87 ha prévus dans ce programme devrait être implantée d’ici 2019 », confirme-t-il.

Dégustation médiatique

Pour enfoncer le clou, une dégustation de vins issus de cépages résistants était organisée le lundi 23 janvier chez Trinque Fougasse à Montpellier, à l’intention de la presse régionale. À l’exception d’Henri Cabanel, aucun des onze autres parlementaires n’a trouvé le temps d’y participer. Les scientifiques de l’Inra et l’équipe VCR France, eux, étaient présents et fiers de présenter leurs vins. 17 échantillons de vins issus de cépages résistants ont été présentés, parmi lesquels les toutes récentes cuvées du millésime 2016 des variétés Bouquet de l’Inra de Pech Rouge, ainsi sept vins issus des cépages résistants italiens commercialisés par VCR. Une dégustation qui valide le potentiel qualitatif de ces cépages résistants, avec pour certains des typicités très proches des Vitis Vinifera parents. C’est le cas notamment du Merlot Kanthus (variété la plus vendue en Italie) et du Cabernet Sauvignon Volos de VCR ou du 3 159-2-12B (Chasan) et du 3 322-339 N (Cabernet Sauvignon) de l’Inra.

L'Inra présente un résistant à base de Marselan

L’Inra présentait pour la première fois un rosé issu du 3 176-21-11 N (Grenache), variété résistante très largement plébiscitée par les viticulteurs languedociens engagés dans le programme d’expérimentation initié par le CIVL. Ils ne se sont pas trompés ! Comme en rouge, cette variété donne en rosé un vin particulièrement plaisant : vif et acidulé avec des notes fruitées de fraise et de cerise. Son potentiel de garde est également avéré : un échantillon de 2010 l’a confirmé. Enfin l’Inra a également présenté une nouvelle pépite : une variété résistante à base de Marselan (3 328-306 N), qui donne un vin très gourmand : d’une belle concentration, il exprime des arômes fruités, tout en conjuguant fraîcheur et velouté en bouche. Très prometteur.

 

(*) Elie Aboud, Eric Andrieu, José Bové, François Commeines, Roland Courteau, Carole Delga, Marie-Hélène Fabre, Anne-Yvonne Le Dain, Pierre Morel-A-L’Huissier, Jean-Louis Roumegas, Fabrice Verdier


[ Source Vitisphere ]