Mercredi 02 novembre 2016

Le millésime 2016 par ceux qui l’ont fait

Communauté participative proposée par l’interprofession languedocienne, le site Millésime Languedoc permet de dessiner le dernier millésime en suivant les regards croisés de ses opérateurs.

« Qui peut mieux parler du millésime que les vignerons, les directeurs de cave, les œnologues, les négociants, les journalistes, les courtiers, les sommeliers du Languedoc-Rousillon ? » demande Jérôme Villaret, le président du Conseil Interprofessionnel des AOP du Languedoc et des IGP Sud de France (CIVL). Pour la quatrième année consécutive, l’interprofession a ouvert un site permettant aux acteurs du vignoble languedocien d’exprimer leur ressenti de la campagne viticole et les premiers résultats à la cave.

"Séquence climatique peu favorable et totalement exceptionnelle"

Climatiquement, l’année 2016 aura été aussi déstabilisante qu’éprouvante en Languedoc. « Le printemps alternant épisodes pluvieux et froids, l’absence d’eau fin juin et courant juillet, puis la sécheresse et la canicule d’août ont bousculé tous nos paramètres cette année » résume Françoise Antech-Gazeau (Antech Limoux, AOC Limoux). Et malgré ces embûches, « la qualité des vins est surprenante » estime l’œnologue Marc Dubernet (Laboratoire Dubernet). Constatant « de belles fraîcheurs fruitées et de franches expressions variétales », le consultant fait état d’« acidités partout plus soutenues que ces dernières années. Les vins rouges présentent beaucoup de rondeur et d’onctuosité avec des tanins souples. »

Rendements

Si la sécheresse a pesé sur la récolte, elle a également levé toute pression cryptogamique. « Cette vendange fera sûrement partie des vendanges les plus faciles en termes de tri, puisque l’état sanitaire était parfait » témoigne Roman Guibert (Mas de Daumas Gassac). Et comme chaque terroir est un cas particulier, certains se trouvent avec des productions normales, voire plus. « Nous allons dénoter. Nous n’avons pas encore les déclarations de récolte, mais nous sommes dans une tendance haute » rapporte ainsi Pierre de Colbert (château de Flaugergues, AOC Grès de Montpellier). « En cave, nous n’allons pas avoir grand-chose à faire. Nous sommes sur un millésime facile et prometteur » ajoute-t-il avec satisfaction.


[ Source Vitisphere ]