Jeudi 18 août 2016

Un violent orage de grêle bouleverse le millésime 2016

Les grêlons viennent de hacher une large bande de vignoble, allant du Gard à l’Hérault. Laissant désemparés les vignerons, notamment du Pic-Saint-Loup.

Arrivé par Corconne ce début d’après-midi, un orage de grêle s’est étendu jusqu’à Montpellier, ravageant le vignoble sous de véritables coups de hachoir. « On entend déjà parler de dégâts sévères, avec des grêlons entre un et deux centimètres. Voire plus » rapporte Laurent Gourdon, le chef de service viticulture de l’Hérault. « J’ai peur que cela soit assez important. La grêle tombant sous un orage sec, il y a très peu de pluie pour réduire l’impact… »

"Il n’y a même plus de feuilles, même plus de grappes"

Dans le vignoble, on frise clairement la panique, les chutes de grêlons s'étant succédées et laminant toute la végétation. « Il n’y a même plus de feuilles, même plus de grappes… On se croirait en hiver… » rapporte Fabien Reboul (château de Valflaunès, Pic Saint-Loup). Ne s’attendant pas à cet orage, il est d’autant plus surpris par sa force « qu’en cinquante ans, on n’en a jamais eu ! Le couloir de grêle est gigantesque, de sept à huit kilomètres… »

Souvent assurés contre la grêle, les vignerons du Pic Saint-Loup sillonnent actuellement les routes. Pour faire le tour du vignoble et un état de lieu, aussi alarmés que désemparés. « On nous appelle pour nous demander que faire. Il n’y a hélas rien à faire d’autre que d’attendre et faire les constats… » reconnaît Laurent Gourdon.

Des témoignages évoquent des dégâts sur les vignobles près de Sète, de Ballaruc-les Bains (proche de Frontignan) et de Vendargues.
 

Mise à jour du 18 août

Restant difficile à estimer, la perte sèche de récolte s'annonce importante sur la zone au coeur de l'orage, notamment sur les communes de Claret et Lauret en Pic Saint-Loup. En début d'après-midi, y sont tombés 70 millimètres de pluie et des grélons qui n'ont commencé à fondre qu'en début de soirée. « Tout le vignoble est raclé, il n'y reste plus une feuille et seulement quelques grappes » témoigne Jacques Rousseau, le responsable des services viticoles de l'Institut Coopératif de la Vigne et du Vin.

Ayant fait le tour du Pic Saint-Loup ce matin, Jacques Rousseau fait état de départ de pourriture pour des baies restées sur pieds. Dans certaines parcelles grêlées, « des plants peuvent encore être vendangés. Certains raisins ont des maturités de 11 degrés alcool. En thermovinification, ils pourront donner des blancs et rosés sans défaut. » Mais « pour les raisins moins mûrs, on est loin de la récolte et ils ont peu de chance de mûrir correctement » s'inquiète l'expert. Espérant une reprise de végétation, il préconise des vendanges préventives afin de reconstituer les réserves des bois et préparer le prochain millésime.


[ Source Vitisphere ]