ACTUALITÉS DU SUD DE LA FRANCE

<< Retour
Mercredi 08 juin 2016

Vincent Pugibet renvoie l’INRA à ses chères études

Défenseur attitré des cépages tolérants aux maladies cryptogamiques, le vigneron ne donne aucun poids aux résultats d'érosion des résistances de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA).

« Peut-être que le mildiou s’adaptera aux cépages résistants, par contre il est certain que nos institutions sont incapables de s’adapter aux attentes de la profession » tacle Vincent Pugibet, le président de l’Association pour la Promotion des Cépages Résistants aux Maladies Cryptogamiques (Piwi France). Dénonçant « une action de lobbying », le vigneron languedocien réagit vertement aux premiers résultats de l’INRA de Bordeaux sur l’érosion de la résistance au mildiou de nouveaux cépages allemands. Résumés dans un récent article sur Vitisphere (« C’est confirmé : le mildiou s’adapte aux cépages résistants »), ces résultats ne sont pas scientifiques, mais politiques selon Vincent Pugibet.

"Cette prise de position politique méprise les vignerons, en leur refusant l’accès à une technologie essentielle pour leur santé"

Dans un communiqué incisif, il estime que « l’objectif est de protéger le monopole de la marque de plants ENTAV INRA sur le marché français ». Réclamant « une étude objective qui ne consiste pas à un dénigrement des variétés étrangères » et « l’harmonisation des catalogues européens », il appelle l’INRA à ne pas attaquer « ainsi cette viticulture naissante, [ce qui] retarde les plantations, démotive les obtenteurs, joue contre l’environnement ».


[ Source Vitisphere ]