Vendredi 13 mai 2016

La cave de Cascastel joue la carte des micro-cuvées

Située dans l’Aude, la Cave de Cascastel développe une gamme de petites cuvées haut de gamme pour optimiser la valorisation.

« Notre modèle économique : c’est 4 000 bouteilles/hectare. Avec ça, il faire vivre les 100 adhérents viticulteurs » annonce Marc Guinebault, directeur commercial de la Cave de Cascastel (Aude). En une phrase, la problématique liée à la recherche de rentabilité économique de la cave est posée. Pour solutionner l’équation économique infernale des petits rendements (30 hl/ha en moyenne) récoltés en vendange manuelle, la cave a choisi de créer des « Clubs de vignerons ». La stratégie semble payer : le chiffre d’affaires a atteint 8 millions d’euros en 2015, en hausse de 12 %.

Un cahier des charges bien précis

Sur de petits terroirs bien identifiés, les viticulteurs suivent un cahier des charges précis. Pour solutionner l’équation économique infernale des petits rendements (30 hl/ha en moyenne) récoltés en vendange manuelle, la cave a choisi de créer des « Clubs de vignerons ». « Chaque cuvée a une date de vendange bien précise. Si une vendange n’arrive pas à la bonne date, elle est automatiquement rétrogradée en vin de table » précise Marc Guinebault. La sanction a de quoi faire réfléchir. « Les cuvées des clubs de vigneron sont rémunérées environ deux à trois fois le prix moyen de l’appellation à laquelle elles correspondent » explique Marc Guinebault.
Ces cuvées représentent 50 % du vignoble de la cave de Cascastel et 80 % des adhérents produisent au moins une cuvée. Cette gamme permet de valoriser les vignes âgées comme Héritage de Bonnafous blanc, issu d’un vignoble cinquantenaire. Elle met aussi en avant les sous-sols remarquables comme Les Cazals (PVC : 9 euros/bouteille), issus de 8 hectares plantés sur des coteaux de schistes.

Nouveaux bâtiments

La multiplication de ces micro-cuvées a conduit la cave à investir. Les anciens locaux, inondés en 1999, vont être réhabilités pour abriter notamment ces faibles volumes. La fin des travaux est attendue pour 2017. Cette politique permet également d’attirer des jeunes viticulteurs. Récemment cinq viticulteurs sont venus rejoindre la cave et deux sont sur les rangs. « Nous accompagnons l’installation en nous portant garant des installations mais également en incitant les viticulteurs proches de la retraite à céder des terres. Ils reçoivent une aide financière s’ils vendent » explique Marc Guinebault. 60 000 euros ont ainsi été versés par la cave à des vignerons cédants leurs terres.


 

Quelques données sur la cave
100 adhérents
750 hectares
28 000 hectolitres produits : 14 500 hl en Corbières ; 10 000 hl en Fitou, 1000 hl en Rivesaltes, 3000 hl en IGP Vallée du Paradis
100 % de la production est vendue conditionnée : 10 % en Bib et 90 % en bouteille
40 % de la production est exportée
60 % de la production est vendue sur le territoire national : 80 % en GMS (principalement locale et Foire aux vins), 20 % en circuit CHR



[ Source Vitisphere ]