Vendredi 29 avril 2016

Les IGP du Languedoc signent pour un projet commun de hiérarchisation

Le projet de Terre du Midi, et les débats enflammés qu’il aura suscité, fait naître un plan de structuration de l’offre IGP du Languedoc sur lequel il aurait été difficile de parier il y a encore peu de temps.

Dans un premier temps pris comme une attaque en règle contre les IGP d’OC, le projet de création de l’IGP Terre du Midi va bien voir le jour et n’est (presque) plus un sujet de débat. Il fait même mieux que réunir une offre d’IGP éparse, dispersée entre trois départements. Sa création conduit à la définition d’un projet de hiérarchisation de toute l’offre IGP du Languedoc.

Concrètement, les représentants professionnels se sont entendus pour que l’offre IGP se présente avec une base constituée des vins d’assemblages de l’IGP Terre du Midi (et ne portant aucune mention de cépage). Ce niveau est suivi d’une strate supérieure formée par les vins de cépages de l’IGP d’Oc. Les vins de petites zones terminent le haut de cette pyramide. Les zones de délimitations entre l’IGP Terre du Midi et de Pays d’Oc seront les mêmes. Et au-delà de la différence notoire entre les deux IGP, l’une mono-cépage, l’autre d’assemblage, le rendement sera également une distinction entre les deux indications. L’IGP Terre du Midi produira à 120 hl/ha tandis que l’IGP Pays d’Oc à 90 hl/ha. Par ailleurs, dans un premier temps, les IGP de départements seront maintenues pour satisfaire les marchés déjà existants.

"Cette proposition s’aligne sur une stratégie uniquement économique et non politique"

Pour Jacques Gravegeal, président de l’IGP Pays d’Oc, l’économie a parlé. « Nous sommes face à l’opportunité de construire intelligemment l’offre IGP du Languedoc. Cette proposition s’aligne sur une stratégie uniquement économique et non politique ». Autre acteur de la construction de cette offre pacifique, Denis Verdier, président des IGP du Gard, explique que cette proposition va permettre à « la compétitivité de s’exprimer. Terre du Midi favorisera l’émergence de marques et sera un paravent aux cépages de l’IGP d’Oc. L’IGP Terre du Midi a vocation à proposer des produits de qualité compétitifs ».

Mais, dessiner une pyramide reste un gribouillage si l’esquisse ne s’accompagne pas d’une gouvernance adaptée. Les représentants professionnels sont donc allés plus loin. « Les deux IGP, Pays d’Oc et Terre du Midi seront réunis sous une même ODG, celle de Pays d’Oc. Deux sections distinctes permettront de les gérer » explique Jacques Gravegeal. L’IGP Terre du Midi va intégrer les critères des qualités qui ont fait la réputation des Pays d’Oc : dégustation et passeport de commercialisation seront de rigueur. Egalement, la CVO de Terre du Midi s’alignera sur celle de Pays d’Oc, opérant une augmentation des prélèvements lissés sur deux à trois ans.

Vers une interpro d'IGP

Enfin, si le niveau ODG est un grand pas, un second pourrait être également sauté avec la création d’une interprofession unique réunissant tous les IGP du Languedoc. « Elle rassemblera toutes les IGP du Languedoc : celles de petites zones, Terre du Midi et Pays d’Oc » explique Jacques Gravegeal. Une décision qui amènerait les lGP à quitter le CIVL. Sans doute galvanisés par cet élan constructif, certains appellent à la création d’une interprofession unique AOP et IGP, réunissant le Languedoc et le Roussillon. Jacques Gravegeal, avec son légendaire pragmatisme, indique « une interprofession unique ne veut rien dire. L’interprofession doit être un lieu pour parler d’un produit identique. Sinon, cela ne sert à rien ! »

Enfin, concernant la zone de production des IGP du Languedoc, il semble que ces contours ne sont pas prêts à se mouvoir à l’Ouest, vers Midi-Pyrénées, comme certains bruits pourraient le laisser entendre. Denis Verdier dissipe ainsi certains bruits : « il est clair que nous construisons une offre languedocienne. Ce n’est pas à l’ordre du jour de s’élargir en Midi-Pyrénées ». Et Jacques Gravegeal de confirmer : « certains en rêvent, mais c’est du pipeau, de la politique. Nous faisons de l’économie ». C'est dit !
 

Vers une validation du cahier des charges de Terre du Midi
La Commission permanente vin IGP de l'INAO a nommé une Commission d'enquête le 26 avril pour étudier le projet de création de l'IGP Terre du Midi. Des points juridiques sont encore à étudier. D'aucuns souhaitent la validation du cahier des charges pour les vendanges 2016. Affaire à suivre...

[ Source Vitisphere ]