ACTUALITÉS DU SUD DE LA FRANCE

<< Retour
Mardi 26 avril 2016

« La production languedocienne de vins effervescents n’est pas exclue à l’avenir »

Pour sa quatrième édition, la conférence de la chaire d’oenologie de l’université de Montpellier se penche sur la production de vins effervescents. Un sujet inattendu, en apparence.

« Aujourd’hui, la production de vins effervescents est une tendance forte. Si leur production est confidentielle dans les vignobles proches de Montpellier, il n’est pas impossible qu’ils s’y mettent prochainement » estime Cédric Saucier, le directeur du centre de recherche et de formation en œnologie de la Faculté de Pharmacie de Montpellier. Le chercheur explique ainsi le choix d’axer la conférence Œnofutur de ce 15 avril sur les fines bulles. L’après-midi comportera deux volets, le premier sur la recherche champenoise et le second sur les enjeux du bouchage. « Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la saturation en CO2 des vins ne les protège pas totalement de l’oxydation en bouteille » pointe le chercheur.

« Ce secteur marginal peut se développer dans la région, s’il y a une sélection appropriée de cépages adaptés aux régions chaudes » souligne Cédric Saucier, alors que les étudiants de l’université ont justement visité la veille le vignoble de Limoux. « Dans le Sud, on trouve des climats plus frais propices aux vins effervescents. Et c’est historique, avec Limoux, mais aussi Die » conclut Cédric Saucier.

Œnofutur 4


Débutant à 13h30 dans l’amphithéâtre J de la Faculté de Pharmacie, la conférence de la chaire de recherche et de formation Œnofutur est gratuite d’accès. Elle est destinée aux élèves de l’Université Montpellier I, ainsi que les anciens diplômés et les professionnels du secteur.


[ Source  Vitisphere ]