Lundi 07 mars 2016

Les vins du Languedoc-Roussillon : "Un image jeune et dynamique..."

Interview de Victoria James, sommelière à New-York
 

Vous êtes sommelière, vous conseillez les grands restaurants new-yorkais, quel regard portez-vous sur les vins du Languedoc-Roussillon ?
Il y a de très bonnes choses à boire. Ces vins sont très à la mode à New York. Ils sont à la fois très conviviaux et agréables à boire. La grande majorité d’entre eux sont bien construits et offrent d’excellents arômes et longueurs en bouche. On trouve dans cette région
de véritables petits joyaux. Je conseille très souvent des vins du Languedoc-Roussillon car quelles que soient les attentes, il y a toujours une cuvée à proposer.

Certains de vos confrères évoquent, comme argument de vente aux États-Unis, leur rapport qualité-prix, qu’en pensez-vous ?
Ils ont raison. C’est la seule région viticole française qui propose des vins de cette qualité à ces prix. Et les restaurateurs ne s’y trompent pas. Avec les vins du Languedoc, ils arrivent à réaliser des marges importantes, notamment avec le vin au verre vendu entre 10 et 15 dollars suivant les établissements.

La région Languedoc-Roussillon possède de nombreuses appellations, n’est-ce pas trop handicapant pour le consommateur américain ?
Un peu, car toutes ces appellations effrayent la plupart du temps le consommateur. Mais avec le temps, et le fait qu’il soit de plus en plus connaisseur en vin, l’Américain va vouloir forcément mieux comprendre un terroir, une région et mieux appréhender sa diversité. C’est d’ailleurs pour cela que depuis quelque temps les vins de cépages laisse de plus en plus de place aux vins d’assemblages ; et par conséquent aux appellations d’origine contrôlée. Mais aussi paradoxalement que cela puisse paraître, le seul aspect négatif des vins du Languedoc, c’est leur prix. En effet, ici aux États-Unis, une partie de la population considère que si c’est cher, c’est de bonne qualité. Ça peut être un obstacle, même si depuis la crise de 2008, les tendances d’achat tendent à changer.

Comment percevez-vous les vignerons languedociens ?
Si je m’appuie sur leurs productions, je trouve qu’ils ont un esprit libre et très créatif. La grande majorité n’a pas peur de casser les codes établis, notamment en termes de vinification et d’assemblages. Ici, aux États-Unis, et plus particulièrement à New York, les vignerons français véhiculent une image jeune et dynamique.

Quels sont vos vins languedociens préférés ?
Il y en a beaucoup (rire) ! J’aime les vins du Roussillon avec un penchant pour le Banyuls et le Maury. J’apprécie également les vins de Limoux, et bien entendu les coteaux du Languedoc qui proposent une gamme incroyablement subtile.

 

[ Source et photo / Midi Libre / Mars 2016 ]